UnAngePasse | Observatoire 2013 de la com’ : un plaidoyer pour le rédactionnel
704
single,single-post,postid-704,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.9,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.3,vc_responsive
Machine à écrire

Observatoire 2013 de la com’ : un plaidoyer pour le rédactionnel

L’Apacom et la région Aquitaine présentaient cette semaine les résultats de l’Observatoire des métiers de la communication. A celles et ceux qui n’ont pas eu connaissance de l‘infographie cyan et bleu marine de l’agence 10h11, voici en quelques mots ce qu’il faut en retenir.

Les clés de la croissance, qu’on soit annonceur ou prestataire, s’énoncent en 3 mots : Performance (je subodore l’hypra galère de 10h11 pour trouver un terme générique capable d’emballer cette colonne un tantinet fourre-tout), Numérique et Ouverture. Poursuivons sur cette première clé de la Performance, un peu grippée semble-t-il, puisque 34% des budgets de communication étaient en diminution, en 2013, et même en « forte » diminution pour 8% d’entre eux. L’info ne nous avait pas échappé. Elle n’est pas neuve non plus.

Sur le volet du Numérique, oui, 20% des prestataires constatent une demande d’utilisation du Digital grandissante, assortie, en lien direct ou non, d’une forte progression de l’intranet (+26%), de l’audiovisuel (+9%) et des réseaux sociaux (+8%). Les projets d’avenir, lus dans la boule de l’Observatoire, concernent : 1. le développement du site Internet, 2. le développement des réseaux sociaux, 3. la communication interne.

Enfin, du côté de l’Ouverture, 98% des prestataires ont eu recours aux indépendants tandis que 78% des annonceurs travaillaient avec des agences externes. Le médical s’arroge la première place dans le peloton de tête des secteurs qui investissent en communication (+11%), le BTP accuse lui, un recul de -21%… Donc, en filigrane de tout cela, émerge une tendance plutôt positive (j’ai décidé de l’être de toute manière) qui laisse de beaux jours devant elle à la création de contenus et au conseil éditorial. En effet, quel projet de développement de site Internet ou de réseaux sociaux, sans parler de communication interne, peut-il faire l’impasse sur du rédactionnel pertinent, vivant, régulier… allez, osons-le, « performant », « numérique » et « ouvert » ?