UnAngePasse | Albert Jacquard n’est pas mort
581
single,single-post,postid-581,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.9,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.3,vc_responsive
Albert Jacquard

Albert Jacquard n’est pas mort

 

Non. Albert Jacquard ne peut être mort. Il répétait que l’homme se distingue des autres êtres vivants par sa capacité à se savoir être. Donc nous sommes ou bien, nous ne sommes plus. Inutile de tergiverser des heures autour d’un « to be or not to be » : nous ne pouvons qu’être. Si « être mort » n’a aucun sens pour lui, que dire alors ? Qu’il n’est plus. Qu’Albert Jacquard a cessé d’être en tant qu’Albert Jacquard, le 11 septembre.

Loin de moi l’idée de faire sa nécrologie, ici. Juste l’envie de souligner, au passage, ce que ses fervents admirateurs savent tous déjà, mais qui me semble incroyablement intemporel, universel et juste, notamment lorsqu’on est amené(e) à transmettre des savoirs ou des savoirs-faire (mais pas que). Il a dit, entre autres choses, ce très grand homme : « Nous naissons objet, individu, l’humanité (l’école, les rencontres) nous transforme(nt) en personne ». « Ce qui fait un homme, c’est son rapport aux autres hommes ». « On perd son temps quand on ne sait pas rencontrer l’autre », « L’école doit apprendre à cultiver l’art de la rencontre » et aussi « On est en tous ». Que lui soit en nous !